Saint-Jacques de Compostelle en 7 jours

Le Chemin de Saint-Jacques a toujours été l’une des principales routes touristiques non seulement en Espagne, mais peut-être aussi en Europe et dans le monde. Chaque année, des milliers et des milliers de pèlerins parcourent les routes à la recherche des hautes tours de Compostelle. Certains le font animés par la foi, d’autres par le désir de vivre de nouvelles expériences. L’important est de profiter de l’environnement, du paysage et de la nature qui nous entoure. Mieux vaut partir au printemps (mi-avril) ou en septembre, afin d’éviter les périodes de trop grande fréquentation sur le Camino francés et la voie du Puy-en-Velay. Certains passages peuvent également être enneigés en hiver tandis que des hébergements sont fermés à cette même période. C’est pourquoi le printemps et la fin de l’été sont les meilleurs moments pour effectuer le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

En France, quatre grands itinéraires se démarquent

  • La voie de Tours (via Turonensis) était autrefois la plus fréquentée, elle passe par les villes d’Orléans, de Blois, de Tours et de Poitiers.
  • La voie de Vézelay (via Lemovicensis) qui traverse le Limousin et passe par Limoges, Bourges, Nevers et Périgueux,
  • La voie du Puy-en-Velay (via Podiensis), la plus ancienne et la plus connue des quatre grandes routes historiques. C’est aussi l’une des plus spectaculaires. Elle passe par les paysages volcaniques du Velay, les hauts plateaux de l’Aubrac, le Lot, les Causses du Quercy et les coteaux de Gascogne qui mènent aux Pyrénées.

Nous commençons par le pèlerinage Saint-Jacques de Compostelle à Cebreiro

1.- Cebreiro – Triacastela, 21 kilomètres

Cette étape de 21,6 km vous demandera 5 h 15 de marche pour atteindre Triacastela après avoir traversé Liñares après 3,2 km atteint en 50 mn, passé au col Alto de San Roque puis arriver à Hospital en 1 h 30 (5,7 km). vous atteindrez Padornelo en 2 h 05 (8,3 km), Alto do Poio 15 mn plus tard (8,8 km) puis Fonfría après 3 h (11,9 km). Biduedo apparaîtra 2,7 km après (3 h 40). Le traversée du hameau As Pasantes au km 19 (4 h 45) vous fera prendre conscience que Triacastela n’est plus qu’à 30 mn et 2 km à parcourir …

Une étape “facile” en comparaison de celle de la veille … et pour cause on passera de 1300 m d’altitude à 655 m à l’arrivée à Triacastela !!! A partir de l’Alto de Poio localisé à 1333 m (point culminant du massif) la descente est importante : on va descendre de 678 m sur une distance de 12,3 km …

2 – Triacastela – Gorolfe, 17 km

Peu après avoir quitté Triacastela, on atteint  Samos, où l’on peut visiter le monastère du même nom. Fondée au VIe siècle, elle est l’une des plus anciennes d’Europe. La variante de Samos se détourne vers le sud dans les environs de la rivière Sarria, avec de beaux paysages et de nombreux exemples d’architecture populaire galicienne. .À côté du monastère, il y a une chapelle et un énorme cyprès de plus de mille ans de vie, symbole de la route. De Samos à Gorolfe, le chemin est très simple, avec pratiquement pas de pentes comme le premier jour, et où la nature est d’un vert intense.

3.- Gorolfe – Forgerons, 20 kilomètres

À quelques kilomètres de Gorolfe se trouve la ville de Sarria, l’un des points forts de nombreux chemins de Saint-Jacques. Là, et après avoir traversé le pont d’Aspera, vous pourrez visiter l’église de Santiago de Barbadelo, l’un des meilleurs exemples de temples romans de ce Chemin Français. De là, une succession de petits villages et de paroisses vous mènera à Ferreiros, qui possède une autre beauté romane, l’église Santa María du XIIe siècle.

4.- Forgerons – Eastdo, 28 kilomètres

L’étape la plus longue de tout le Chemin Français. Le fleuve Miño vous accompagnera pendant de nombreux kilomètres jusqu’à Portomarín. De là, vous partirez en direction de Castromaior et de Vendas de Narón. Au cours du voyage, vous verrez de petites chapelles et des églises romanes, parmi lesquelles Vilar de Donas, qui appartenait à l’origine à l’Ordre de Saint-Jacques. L’itinéraire se termine à Lestedo, un très bon endroit pour le tourisme rural dans la province de La Corogne.

5.- A l’est de la Castañeda, 27 kilomètres

De Lestedo, vous arrivez à Palas de Rei et à son église San Tirso. La vallée qui s’étend à partir d’ici est connue sous le nom de Campo dos Romeiros, car vous y verrez de nombreux pèlerins comme vous. Le champ traverse Leboeiro et l’église de Santa Maria, un autre des joyaux romans de cette route. Avant d’arriver à la destination, vous devez passer par Melide, avec son musée, et enfin à Castañeda, où se trouvaient des fours à chaux qui ont servi à la construction de la cathédrale de Santiago.

6 – La Castañeda – Santa Irene, 22 kilomètres

Peu après avoir quitté A Castañeda ( C’est là que les pèlerins du Moyen Âge amenaient aux fours la pierre à chaux de Triscastela pour la construction de la cathédrale de saint Jacques de Compostelle ).
Des montées et des descentes rudes me mènent ensuite vers la ville d’Arzua, où il faut visiter deux églises de grand intérêt avec sa chapelle la Capilla de la Madalena. Cette dernière est l’une des chapelles gothiques les plus intéressantes de Galice. Le village est connu pour  son < Queixo > un fromage rond de 0,5 à 3,5kg, à base de lait de vache, sa consistance est molle, son goût doux.
La randonnée se poursuit par des chemins au coeur d’un très beau paysage vallonné et façonné par l’agriculture. Un chemin dans la forêt emmène dans l’albergue à Santa Irène 15 habitants. 610 m à la montée , 680 m à la descente  Cette dernière est l’une des chapelles gothiques les plus intéressantes de Galice. Au cours de ce voyage, vous rencontreriez à nouveau de nombreux pèlerins, impatients d’atteindre Santiago. 

7 – Santa Irene – Santiago, 22 kilomètres

Grande journée, votre arrivée à Compostelle. Vous allez ressentir de multiples émotions, chaque pas, chaque kilomètre de cette étape de 23 km (environ 6 h de marche + les temps de pause) vous rapprochent de la Cathédrale, du tombeau de saint Jacques. En termes de qualité paysagère ou de beaux chemins tels que vous avez connus, vous serez, sans doute, déçus. Vous devrez, après Lavacolla (km 12), affronter le bitume et le bruit inhérents à l’urbanisation des grandes villes. En revanche, sitôt la Puerta del Camino, vous pénètrerez dans la vieille ville et achèverez votre parcours en traversant des ruelles marchandes et animées pour atteindre la place de l’Obradoiro, dominée par l’imposante façade gothique de la cathédrale et les superbes édifices que constituent l’ayutamiento (Hôtel de Ville) et le fameux parador de los Reyes Catolicos. c’est un parcours sans souci

Dans ce cas, il est normal de loger dans les auberges de jeunesse le long du parcours, mais comme c’est aussi plus que compréhensible, il y aura ceux qui voudront se reposer plus qu’assez de la longue marche quotidienne dans un bon logement. Vous pouvez alors chercher une chambre pour passer la nuit.